Éthiopie

Contexte

Dans les régions cibles, la production végétale et animale ainsi que la productivité sont affectées par le changement climatique et l’imprévisibilité. En particulier, la plupart des zones du projet sont sujettes à la sécheresse récurrente et à la déforestation ; certaines zones sont des terres basses qui sont susceptibles d’être affectées par les inondations et l’érosion des sols. C’est pourquoi COMPASS en Ethiopie introduit des méthodes innovantes pour améliorer la fertilité des sols et la capacité de rétention d’eau des sols (p.ex. méthode de bassins versants).

La pénurie de pluie entraîne une faible production de cultures qui contribue à l’insécurité alimentaire dans les zones. Mais aussi des pratiques agricoles non-durables, un faible niveau de diversification des produits et d’intégration des marchés ainsi que des revenus limités exacerbent la situation, augmentant l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

Ces derniers temps, les agriculteurs des zones sont également confrontés à de nombreux problèmes concernant des prix élevés des intrants liés au marché international. La manque de liquidités est étroitement liée à l’incapacité d’acheter les intrants nécessaires, en particulier les semences et les engrais.

Oromia regional state – East Shoa Zone, Éthiopie (Source: Google Maps)

 

Actions COMPASS

Ainsi, dans le cadre du programme COMPASS, Meki Catholic Secretariat visera à réaliser les changements suivants en Oromia Regional State – East Shoa Zone :

  • 1 200 ménages ont diversifié leur production agricole
  • 1 200 ménages ont adopté des pratiques agricoles durables dans leurs champs et rapportent que les périodes de soudure ont été réduites
  • 600 ménages pratiquent des méthodes pour prévenir des pertes post-récoltes
  • 600 ménages ont des unités d’élevage supplémentaires tout en préservant les ressources naturelles nécessaires
  • 600 ménages déclarent avoir un revenu supplémentaire grâce à la vente de produits agricoles et / ou d’élevage
  • 2 100 ménages sont des membres actifs d’un système d’épargne
  • 600 ménages ont accru leur sensibilité pour la nécessité de protéger les ressources naturelles
  • 600 ménages ont adopté de nouvelles pratiques pour limiter les effets négatifs sur l’environnement (60 ha de terres réhabilitées)
  • 300 ménages pratiquent des stratégies pour éviter la malnutrition des membres de ménages, spécialement des enfants de moins de cinq ans