Sénégal

Contexte

Dans la zone d’intervention du projet, les principales cultures produites sont les cultures pluviales, plus précisément les céréales et les cultures commerciales. En contre-saison, le maraîchage est également pratiqué dans certains endroits.

Cependant, le manque d’eau – souvent dû à des difficultés liées à la profondeur des puits – freine le développement des activités maraîchères dans certains villages. Les femmes sont souvent les plus exposées aux variations de la situation nutritionnelle, mais rencontrent de nombreuses difficultés. Elles jouent un rôle vital dans l’évolution économique de leurs régions, en raison de leur dur travail quotidien.

La production de céréales est encore instable et marquée par des pluies erratiques d’une saison à l’autre. Ceci est également étroitement lié à l’augmentation des taux de malnutrition. Tambacounda fait partie des régions les plus alarmantes du Sénégal en termes de prévalence de la malnutrition aiguë globale.

Région Tambacounda, Senegal (Source: Google Maps)

 

 

Actions COMPASS

Ainsi, dans le cadre du programme COMPASS, Caritas Tambacounda visera à réaliser les changements suivants dans la région de Tambacounda :

  • 950 ménages ont diversifié leur production agricole
  • 620 ménages ont adopté des pratiques agricoles durables dans leurs champs et rapportent que les périodes de soudure ont été réduites
  • 650 ménages pratiquent des méthodes pour prévenir des pertes post-récoltes
  • 350 ménages ont des unités d’élevage supplémentaires tout en préservant les ressources naturelles nécessaires
  • 710 ménages déclarent avoir un revenu supplémentaire grâce à la vente de produits agricoles et/ou d’élevage
  • 950 ménages ont accru leur sensibilité pour la nécessité de protéger les ressources naturelles
  • 710 ménages ont adopté de nouvelles pratiques pour limiter les effets négatifs sur l’environnement
  • 50 ménages ont accès à l’eau en quantité, qualité et distance acceptable
  • 50 ménages ont adopté de bonnes pratiques hygiéniques et sanitaires
  • 500 ménages mettent en pratique des stratégies pour prévenir la malnutrition des membres du ménage, en particulier des enfants de moins de 5 ans
  • La malnutrition de 2 365 enfants ciblés a été réduite